Hommage à Albert Memmi 

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Hommage à Albert Memmi 

26 juin 2020

L’écrivain Albert Memmi est décédé le 22 juin 2020 et, bien qu’une œuvre riche de trois romans et d’une vingtaine d’essais où la Tunisie est omniprésente lui donne une reconnaissance internationale, le ministère des Affaires culturelles n’a pas jugé opportun de lui consacrer une journée d’étude, un film, un nom de rue ou un simple hommage. Nombreux sont, cependant, ceux qui, spontanément, ont fait paraître dans la presse écrite et électronique locale et étrangère leurs témoignages ou leurs réflexions sur l’homme et sur une œuvre qui, outre sa valeur littéraire et sociologique, a le mérite de dévoiler tout un pan douloureux de l’histoire tunisienne : l’histoire des Tunisiens juifs et arabes dans le contexte colonial et postcolonial, une histoire sinon méconnue du moins inconsciemment ou volontairement oubliée.

Si certains universitaires, bravant l’ostracisme qui frappe l’écrivain accusé d’adhérer sans nuances à l’idéologie sioniste ont retracé son parcours et mis l’accent sur son engagement contre toute oppression dont celle des Palestiniens comme sur sa valeur de romancier et d’essayiste, Raja Ben Slama, professeur de lettres arabes et directrice de la bibliothèque nationale a pris l’initiative d’organiser, au sein de son institution, une commémoration à laquelle elle a convié le partenariat de l’association « Nous tous », de l’éditeur Moncef Guellaty, du cinéaste Hichem Ben Ammar, et appelé à la participation des professeurs de lettres Samir Marzouki et Samia Kassab, de l’historien Nourredine Dogui et d’étudiants en lettres françaises.

Grâce aux efforts conjugués de la BnT, des Editions Déméter et de l’Association « Nous tous », les différentes interventions sont parues sous la forme d’un livret de 126 pages qui, outre les différentes facettes de l’homme, du journaliste, de l’enseignant, du sociologue et du romancier, dévoile le regard aigu et tourmenté de l’écrivain sur une époque de conflits et de transformations. Sa réception marginale par les intellectuels maghrébins, dont il fait naturellement partie, est l’une des ambiguïtés à interroger.

Share This